haere_po
porter_nukuhiva


Nukuhiva 1813-1814

Le Journal d’un corsaire américain aux îles Marquises

par David Porter

Illustré de gravures originales et de cartes

Traduit en français par Marie-Thérèse Jacquier

Avril 2014

228 pages

21 x 29 cm

ISBN 978-2-904171-81-9

3900 CFP prix public

38 € frais de port éco-aérien France inclus.

Autres pays : voir listes des prix


Commander


Aragon dirait que c’était « un temps déraisonnable »… celui où les États-Unis avaient déclaré la guerre à l’Angleterre (un 18 juin 1812) et où le Capitole avait été saccagé, non pas par une foule de manifestants, mais par les soldats britanniques (le 24 août 1814) qui avaient aussi brûlé la Maison blanche…

Et dans le Pacifique, un capitaine américain avait pris l’initiative tout seul de désorganiser la flotte baleinière anglaise au large de l’Amérique du Sud et des Galapagos. Au bout d’une année de combats, de captures, David Porter décide de réparer sa frégate US Essex aux 32 canons, de laisser ses 250 hommes d’équipage prendre un repos bien mérité, et de gérer aussi ses prises, ses 360 prisonniers et des centaines de barils d’huile de baleine d’une valeur de plus de 500 000 US$ (d’époque).

En choisissant les îles Marquises pour un séjour de délassement, Porter tient compte de la rumeur et des risques : « Que le sort des nombreux marins qui ont péri sous les coups des sauvages des Mers du Sud soit un avertissement utile ! » (p. 29)

Il faut donc imaginer l’entrée de cette frégate américaine suivie de cinq baleiniers dans la rade de Taiohae ce 25 octobre 1813. Et suivre dans le Journal de Porter la création de Madisonville avec ses remparts, la construction du fort Madison sur la colline Tuhiva, la participation de Marines, à la demande du chef Kiatonui, à la guerre contre les Hapaa puis contre les Taipi, et la prise de possession de l’île tout entière au nom des États-Unis, le 19 novembre 1813.

32 illustrations dont 15 d’époque, 8 cartes dont 5 d’époque illustrent le Journal traduit de l’anglais par Marie-Thérèse Jacquier, enrichi par les notes et par les textes de Robert C. Suggs, qui placent le séjour de Porter et de ses hommes aux îles Marquises pendant la deuxième Guerre d’Indépendance des États-Unis.

Le Journal d’un corsaire est le témoignage original d’une société marquisienne fière de ses traditions et pleine de vitalité.


Retour au catalogue